Recherche Google

lundi 14 avril 2008

Pérégrination à Rouen .v2

Passé le rendez-vous prévu en fin de matinée près d'Evreux, le reste de notre journée est libre puisque les enfants n'ont pas d'école. Nous pouvons ouvrir une parenthèse, profiter de la disponibilité de chacun et décidons ainsi de poursuivre notre route jusqu'à Rouen...




Au loin, comme fixée au pied de la vallée, nous apercevons la "ville aux cent clochers "scindée par le couloir naturel sinueux de la seine qui scintille sous les rayons du soleil par cette agréable et douce après-midi d'avril.






































Les façades aux colombages chargées d'histoire sont toutes plus
belles les unes que les autres. Certaines maisons à pans de bois, miraculeusement rescapées au milieu de quartiers autrefois en ruine, furent démontées puis remontées. La palette de couleurs nuancées grâce au bleu azur du ciel resplendit et nous emplit de gaieté.

En observant de plus près, nous distinguons les effets de l'évolution de certaines bâtisses et décryptons l'œuvre du temps, dévoilant les fissures telles des rides sur un peau parfois tannée ou les extensions architecturales plus récentes telles des verrues ou grains de beauté selon l'effet final obtenu.

Nous évoluons au sein d'un véritable musée vivant, les yeux écarquillés, la brise printanière caressant nos visages rayonnants.



Au détour d'une rue, nous surprenons des gargouilles au teint grisâtre nous espionnant du haut du palais de justice. Puisque la FNAC se situe juste en face et que nos pieds ont besoin de se reposer, nous décidons d'y faire un tour. Les enfants font aussitôt une halte devant les écrans plats derniers cris, indubitablement attirés par le son poussé d'un film d'action, nous ramenant définitivement dans notre siècle actuel. Après les bouquins et un passage o-bli-gé via le rayon APPLE, nous en ressortons ; moi, avec le dernier roman de Katherine PANCOL sous le bras :-)


Nous reprenons notre promenade, traversons la place du vieux marché, imaginons Jeanne d'Arc sur le bûcher , débouchons sur la rue du Gros-Horloge, flânons et profitons de ces instants, nous laissant porter, l'esprit en apesanteur, le cœur léger pour, in fine, pénétrer au sein de la cathédrale Notre-Dame. Passé le portail, les visiteurs chuchotent sous l'effet de la lumière tamisée. A cette heure de la journée, seuls les rayons du soleil filtrés aux travers des vitraux pénètrent dans la nef. Sculptures et tombeaux, dont l'un contient le cœur de Richard, sont ainsi mis en valeur. La tour-lanterne élancée et fière se hisse vers les cieux. Nous contemplons et admirons en silence ce monument dont les premières pierres furent déposées au moyen âge...


Nous quittons les rues de la capitale normande pour nous en retourner chez nous, exaltés par cette visite aussi exquise qu'impromptue.



3 commentaires:

Mathilde a dit…

Très jolie balade ..super photos..Mais surtout ta jolie plume nous emmène jusqu' au bout de ta belle journée , d' une façon très romantique...
Bisous

Anonyme a dit…

Effectivement, tu n'as jamais songé à écrire un livre ???
Bisou
So

maestraciruela a dit…

je suis argentine.
j'adorai tes photos.
au revoir